Les vêtements d'occasion deviennent de plus en plus chers. En effet, le vintage est tendance et l' engouement est croissant. Auparavant, acheter des vêtements de seconde main était une nécessité et non un choix écologique pour une partie de la population. Aujourd'hui, c’est un privilège alors que l 'ensemble du mode de vie des personnes à faibles revenus est écologiquement moins exigeant que celui d'une personne de la classe moyenne, même si celles-ci font des choix conscients pour réduire leur empreinte.

D'autant plus qu'ils sont les pionniers de la réutilisation des vêtements depuis des années. Il ne s'agit pas seulement de vêtements, d'ailleurs. L'ensemble du mode de vie des personnes à faibles revenus est écologiquement beaucoup moins exigeant que celui d'une personne de la classe moyenne, même si elles font des choix conscients pour réduire leur empreinte. Il ne s'agit pas d'une attaque contre les efforts de la classe moyenne engagée. Ce que nous soulignons, c'est le manque d'appréciation pour un groupe de personnes qui, par nécessité, doivent adopter un mode de vie moins contraignant.

L'achat de seconde main était auparavant une activité pratiquée par une minorité ou un groupe moins riche dont la culture ou les habitudes étaient méprisées. Ce phénomène rappelle donc l'appropriation culturelle car la classe moyenne blanche a ensuite adopté cette pratique et a été applaudie pour cela. Cela est particulièrement dommageable car cette classe a ensuite commercialisé cette coutume et l'a utilisé à des fins lucratives. Comme on le voit avec Depop et Vinted.

Une économie circulaire, pour tous ?

Dans son rapport bisannuel, le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale indique que :

" Les réseaux de collecte d'invendus et de biens de seconde main sont aujourd'hui mieux structurés et mieux connus qu'auparavant, ce qui contribue au renforcement de l'économie circulaire et du partage. Les initiatives mises en place à l'origine pour les personnes les plus vulnérables ne sont plus destinées spécifiquement à ces personnes. Pensons aux magasins de seconde main qui ont vu leurs prix augmenter ces dernières années en raison de leur popularité croissante touchant toutes les couches de la population. Paradoxalement, ces évolutions rendent les différentes initiatives moins accessibles aux personnes en situation de pauvreté, lorsqu'elles ne souhaitent pas s'adresser à une organisation, ne possèdent pas de Smartphone, ou doivent se rabattre sur un réseau plus restreint. Afin de ne laisser personne à la traîne dans la transition vers une alimentation et une consommation plus durables, il est essentiel de maintenir une bonne cohésion sociale et de favoriser le développement local. Dans le même temps, des politiques plus structurelles devraient être mises en place pour assurer un revenu décent à tous."

Chez COSH!, nous souhaitions dès le début donner à chacun et chacune la possibilité de faire des choix d'achats éco-responsables en fonction de leur style et de leur budget. L’éco-responsabilité devrait être accessible à tous et toutes et c’est l’objectif de COSH!.

Nous nous sommes donc intéressées à la fixation des prix afin de comprendre cette hausse des prix dans l’occasion:

Fixation des prix


Acteurs sociaux

Magasins de seconde main indépendants locaux

Chaînes privées de magasins d'occasion

Magasin de sport d'occasion

Réutilisation d'articles/emploi social/collecte de fonds

Pour obtenir un revenu

Profit

Comment le prix de l'article d'occasion est-il déterminé ?

10 à 20% du nouveau prix

La volonté de payer du consommateur et, selon le magasin, la personne qui livre reçoit 40 à 50 % du prix de vente.

Vb. Episode : Prix par vêtement et par code. Parfois très cher et parfois très bon marché

Nous n'abandonnerons personne sur la voie de l'économie circulaire !

Chez COSH ! nous voulons reconnaître les personnes qui ont fait ces choix par nécessité pendant des années. Les groupes les plus vulnérables, comme les personnes vivant dans la pauvreté, sont souvent rendus comme responsables du problème de la Fast Fashion et de ses conséquences écologiques. Renoncez à cette idée et au jugement. Les personnes en situation de pauvreté ont besoin de notre soutien et de notre reconnaissance. Nous devons tous nous orienter vers une économie circulaire et ne laisser personne de côté !

Plus d'informations sur