L'environnement n'est pas la seule victime de l'agriculture non durable: les animaux et les agriculteurs et agricultrices en pâtissent aussi. Le marché pousse les agriculteurs et les agricultrices à augmenter leur volume de production et à le vendre à des prix de plus en plus bas. Les éleveurs sont souvent en position de faiblesse dans les négociations, avec peu ou pas de contrôle sur le prix de leur laine.


Aujourd'hui, la plupart des laines sont produites en masse dans des fermes en Australie, en Chine, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et en Argentine. Plus près de nous, en Europe, 75 % de la laine du Royaume-Uni est produite dans des exploitations de petite taille. Les éleveurs de laine obtiennent-ils des prix équitables pour leur laine ? COSH ! a enquêté sur cette question en interrogeant plusieurs éleveurs en Grande-Bretagne et à l'étranger. Découvrez les précieux témoignages des agriculteurs ci-dessous.

Les agriculteurs européens bénéficient-ils de meilleures conditions ?

Le British Wool Council paie un prix fixe aux éleveurs

Toute la laine du Royaume-Uni est collectée par le British Wool Council (BWC) avant d'être vendue aux filatures. Le BWC est la seule organisation au monde à collecter et à revendre la laine. Elle fonctionne sans but lucratif et paie aux éleveurs le prix du marché pour leur laine, moins les coûts propres au BWC. Nous avons constaté que les revenus annuels de la BWC étaient particulièrement élevés. En effet, en 2019, la BWC a réalisé un revenu de 28 millions d'euros... comparable aux revenus de Starbucks et Tesla. Les revenus, bien sûr, ne sont pas synonymes de bénéfices, mais nous soupçonnons que les dirigeants de BWC possèdent des salaires élevés.

L'inverse n’est pas vrai pour les agriculteurs. Le British Wool Council fixe un prix fixe pour la laine que les agriculteurs ne peuvent pas négocier. Ce prix dépend du marché de la laine, et donc des grandes quantités de laine en provenance d'Australie, de Chine, des États-Unis et de Nouvelle-Zélande.

“En fonction de la quantité de laine industrielle disponible, nous obtenons un prix acceptable ou beaucoup trop bas pour notre laine”, a déclaré l'éleveur de moutons de Macclesfield à Niki de Schryver lors de l’enquête de 2018.

Un prix trop bas pour la laine

Au cours de son road trip Niki de Schryver s’est rendu dans plusieurs exploitations de moutons et a vu comment le système fonctionne ; chaque année, le British Wool Council visite différentes fermes au Royaume-Uni pour tondre les moutons. Les agriculteurs paient les tondeurs à l'heure, le jour même, et toute la laine part immédiatement par camion vers les grands entrepôts de laine. Ensuite, la laine est revendue par la BWC aux filatures. “On nous dit quelques jours ou semaines plus tard combien de kg de laine nos moutons ont produit. Le prix n'est alors pas négociable", me dit la femme de l'éleveur de moutons. Les éleveurs locaux n'ont donc aucun impact sur leurs revenus, et doivent se contenter du prix qui leur est payé. C'est loin d'être un commerce équitable, selon nous!


Tous les agriculteurs et les agricultrices subissent une pression financière dû au changement climatique. Par exemple, la grave sécheresse qui a sévi en Australie ces dernières années a vraiment fait baisser le prix de la laine et les revenus des éleveurs de laine.

L'épidémie de Coronavirus a également jeté un pavé dans la mare. Le prix de la laine avait déjà chuté de 40 % depuis janvier 2020. Cela s'explique par le fait que la demande mondiale de laine a diminué, créant ainsi un surplus.

Nous avons récemment lu le témoignage d'un éleveur de moutons irlandais, Bernard King, qui raconte comment son exploitation a souffert de la crise du marché et du Covid-19. En juillet, il n'a reçu que 0,05 € pour un kilo de laine biologique de bonne qualité. Au total, il a ramené 355 kg de laine et n'a gagné que 17,75 €. Un prix outrageusement bas pour un produit de qualité, dans lequel beaucoup de travail et d'amour ont été versés.

Aucune distinction entre la laine biologique et la laine non biologique

Comment les marques de vêtements peuvent-elles s'approvisionner en laine biologique ? C'est avec cette question en tête que Niki de Schryver et sa collègue de l'époque Elisabeth ont mené cette enquête en 2010 au Royaume-Uni pour la marque de vêtements HonestyBy, où elles étaient toutes deux actives à l'époque.


Après de nombreux appels téléphoniques à des fermiers anglais et écossais, elles en ont conclu que le British Wool Council collecte la laine de tous les éleveurs, qu'ils soient biologiques ou non, et toute la laine se retrouve dans le même tas. Il est donc extrêmement difficile de distinguer la laine biologique britannique de la laine non biologique. C'est d'autant plus regrettable que les éleveurs biologiques sont plus soucieux du bien-être des animaux et ont des coûts de production plus élevés, pour lesquels ils devraient également être équitablement rémunérés.

La pression du British Wool Council

Le British Wool Council exerce une pression énorme sur les agriculteurs et leur impose des prix injustes.

Tous les éleveurs possédant plus de quatre moutons sont tenus de s'inscrire auprès du British Wool Council, qui leur donne un prix fixe pour la laine. Seules quelques laines rares, dont la laine mérinos britannique, la laine longue de Lincoln et la laine de Castlemilk, ne doivent pas passer par le British Wool Council.

Le système BCW trouve son origine pendant l'après-guerre, lorsque les agriculteurs ont essayé de vendre leurs produits sur le marché libre, considéré à l'époque comme chaotique et discriminatoire. Mais aujourd'hui, le système est complètement faussé. Les agriculteurs obtiennent un prix bien trop bas pour leur laine, ce qui entraîne pauvreté et commerce déloyal.


Les agriculteurs ne sont autorisés à conserver que 3 000 kg de leur propre laine à des fins artisanales (y compris pour l'habillement) et 15 000 kg pour des usages autres que l'habillement.

De moins en moins de petites exploitations agricoles

En raison de conditions de travail difficiles, de nombreux agriculteurs britanniques ont aujourd'hui démissionné. Entre 1995 et 2015, le nombre d'éleveurs de moutons a été divisé par deux, passant de 91 000 à 46 000. Le nombre de moutons a également diminué de 40 % au fil des ans : en 1990, il y avait 65 millions de moutons destinés à la production de laine, mais en 2012, il n'en restait plus que 40 millions. En raison de la faiblesse des prix et de la lourdeur de la charge de travail, le déclin des éleveurs et des ovins européens va se poursuivre. C'est dommage, car il y a une énorme quantité de connaissances, d'artisanat et de potentiel dans les petites exploitations.

Une laine belge issue du cheptel local

Quand on pense à la production de laine, on ne pense pas immédiatement à la Belgique. Les moutons y sont principalement utilisés pour paître les pâturages ou pour produire de la viande. Chaque année, quelque 120 000 moutons sont abattus en Belgique. Dans une économie circulaire, il serait bon de ne pas laisser la laine de ces moutons se perdre. La laine des moutons belges est cependant moins fine que celle du Royaume-Uni ou de l'Australie. Elle n'est donc pas idéale pour la confection de vêtements, mais parfaite pour les édredons ou les tapis.

Eleveurs de laine en Belgique

En nous renseignant sur les éleveurs de moutons belges, nous avons fait la connaissance d'Ingrid van den Driesche, d'Assebroek. En 2019, elle a reçu un prix équitable pour sa laine de la société BDC Wool en Wallonie. La laine a ensuite été utilisée pour fabriquer des matelas. " Plus la laine est bien triée, plus le prix est élevé ", explique Ingrid. En 2020, cependant, l'entreprise ne collectant plus la laine, elle l'a vendue au marchand de laine Bucquoye à Pollinkhove. C'est l'un des seuls négociants en laine, il est donc en mesure de fixer un prix fixe. Comme au Royaume-Uni, les éleveurs de laine en Belgique n'ont pas beaucoup d'influence sur le prix de leur laine. Après avoir interrogé de nombreux éleveurs de moutons belges, nous avons découvert qu’ils ont du mal à vendre leur laine. Pour gagner un revenu supplémentaire, Ingrid fabrique maintenant ses propres produits à base de laine, qu'elle vend dans plusieurs magasins en Wallonie et dans un magasin pour bébés à Anvers.

Pour stimuler l'économie locale, l'asbl Kemp a récemment commencé à vendre des oreillers et des couettes fabriqués à partir de la laine locale. Sous la marque MolWol, vous pouvez acheter de la literie fabriquée à partir de la laine des moutons de Kempen Heath. MolWol fait appel à l'entreprise de confection Lidwina pour fabriquer les produits, offrant ainsi également des emplois sociaux. Un parfait exemple de produit local, social et honnête de la région de la Campine !

Combien coûte la laine belge ?

Les prix de la laine sont anormalement bas en raison de la pression du marché international. En 2019, les éleveurs pouvaient vendre la laine de tapis belge pour 0,40 €/kg. À la fin de l'année 2020, les prix avaient chuté à 0,15 €/kg. Un prix scandaleusement bas pour un produit de qualité. Si l'on remonte dans le temps, on constate que les éleveurs de laine belges obtenaient 2 €/kg pour leur laine à tapis dans les années 1980. Aujourd'hui, les éleveurs belges n'obtiennent que 10 % de ce prix.


Cette baisse des prix est certainement ressentie par les producteurs de laine belges. Ingrid van den Driesche affirme que le prix de sa laine en 2020 a beaucoup baissé par rapport à l'année précédente.

Des burn-out chez les agriculteurs flamands

Une étude récente de l'Institut de l'agriculture et de la pêche montre que les agriculteurs flamands subissent un stress psychologique important en raison de la fluctuation des prix des produits et de leur faible position de négociation. De plus, les mauvaises conditions météorologiques, les maladies et les parasites, ainsi que les perspectives d'avenir incertaines contribuent également à l'augmentation des niveaux de stress.

Que pouvez-vous faire ?

Globalement, malgré l'amour qu'ils portent à leur profession, tous les agriculteurs souffrent d'un travail pénible et de faibles salaires. Ce système doit changer ! Vous pouvez soutenir les agriculteurs en achetant uniquement des vêtements en laine biologique et en choisissant des marques éco-responsables.

Lisez la suite :

La laine est-elle durable et respectueuse des animaux ?

Des alternatives végétaliennes à la laine

Découvrez d'autres matières :

Recherche sur la durabilité du coton

Recherche sur la durabilité du cuir