La laine est un matériau populaire. Elle est chaude pour l'hiver, aérée pour l'été et ne nécessite pratiquement aucun entretien. Au niveau mondial, la laine représente 1,3 % de toutes les fibres textiles. C’est la fibre animale la plus utilisée.

L'impact environnemental de la laine

De toutes les matières textiles, la laine est celle qui contribue le plus au réchauffement de la planète (Source : Higg Index). Pourquoi la laine a-t-elle une si grande empreinte environnementale ?

Une forte demande de terres

L'élevage de moutons nécessite beaucoup de terres afin de donner aux animaux de l'espace et de la place pour paître. La production de laine a donc un impact considérable sur l'utilisation des terres dans le monde entier. Le ministère britannique de l'environnement, de l'alimentation et de l'agriculture estime qu'il faut 2278 hectares de terre par tonne de laine. Ce chiffre est particulièrement élevé par rapport à d'autres matières. Le coton, par exemple, ne nécessite qu'un hectare par tonne de coton. La laine nécessite donc une quantité énorme de terres agricoles, ce qui devient rare aujourd'hui.

Des gaz à effet de serre nocifs

Les moutons, les chèvres et les alpagas émettent de grandes quantités de méthane - un gaz à effet de serre - dans l'air. Un mouton produit, en moyenne, 30 litres de méthane par jour... une énorme quantité ! La population ovine de Nouvelle-Zélande est responsable de 90% de la production de méthane du pays (Source : Peta).


Saviez-vous que l'effet de serre du méthane est 25 fois plus fort que celui du CO2 ? Cependant, les volumes de CO2 produits sont plus importants, ce qui en fait une plus grande menace pour la planète comparé au méthane. Un autre gaz à effet de serre s'échappe également des déjections animales : le protoxyde d'azote. Ce gaz à effet de serre est jusqu'à 310 fois plus puissant que le CO2. L'élevage intensif est donc l'une des principales causes du réchauffement de la planète en raison de tous ces gaz à effet de serre.

Une pollution chimique importante

Avant que la laine puisse être transformée en textile, elle doit être nettoyée, afin d'éliminer toutes les saletés et les éventuelles maladies, à l'aide de produits chimiques. Heureusement, les fibres de laine blanchissent facilement, ce qui limite l'utilisation de l'eau de Javel. Mais ce n'est pas le cas pour tous les types de laine. La laine d'alpaga est plus difficile à blanchir que les autres laines. Par conséquent, davantage de produits chimiques sont nécessaires, ce qui augmente son impact sur l'environnement. Si l'on considère la quantité de produits chimiques qui se retrouvent dans l'eau avec la laine d'alpaga, elle est 14 fois supérieure à celle des moutons ordinaires.

Comment réduire l'impact environnemental de la laine ?

L'impact environnemental de la laine est réduit lorsque la laine est prélevée sur des animaux destinés à l'industrie de la viande. Cela signifie que les matières premières sont utilisées plus efficacement puisque le même animal est utilisé pour la production de laine et de viande. Mais tous les moutons ne peuvent pas produire à la fois de la laine et de la viande. La laine des animaux plus âgés est moins fine, seule la laine des jeunes animaux peut être utilisée.


Pour garantir le bien-être des animaux, il est toutefois important que les animaux soient bien traités par l'industrie de la viande, ce qui, malheureusement, ne peut pas toujours être garanti.

Existe-il de la laine respectueuse des animaux?

La laine n'est pas le produit le plus respectueux des animaux. De nombreux scandales ont mis en lumière les mauvaises conditions dans lesquelles les moutons sont souvent élevés. La douce laine mérinos d'Australie et de Nouvelle-Zélande est très appréciée en Occident, mais peu sont conscients des mauvaises pratiques qui se cachent derrière.

Le mulesing

Pour produire le plus de laine possible, les humains ont élevé des moutons mérinos de manière à ce qu'ils produisent le plus de laine possible. Comment y sont-ils parvenus ? En augmentant la surface de la peau des moutons. Le problème est que ce surplus de peau rend également les animaux plus vulnérables à la moucheture. Il s'agit d'une maladie dans laquelle des larves carnivores se nichent entre les plis chauds de la peau. Les mouches pondent d'abord des œufs dans la peau épaisse, qui deviennent ensuite ces larves carnivores.


Pour prévenir cette maladie, les agriculteurs ont recours au mulesing, une méthode peu respectueuse des animaux. Le mulesing consiste à couper la peau du cul-de-sac du mouton, sans anesthésie, pour éviter la présence de ces larves carnivores.

Un procédé plus respectueux des animaux, mais nécessitant plus de travail, consiste à contrôler régulièrement la toison et à utiliser des insecticides. Cette alternative nécessite beaucoup plus de main-d'œuvre, ce qui n'est malheureusement pas possible dans les grandes exploitations et dans l'élevage industriel des moutons.

La plupart de la laine utilisée dans l'habillement est produite en masse en Nouvelle-Zélande et en Australie. Il y a 70 millions de moutons dispersés dans plusieurs grandes exploitations ovines en Australie. La main-d'œuvre limitée dans ces grandes exploitations empêche les agriculteurs de choisir l'option plus respectueuse des animaux que le mulesing.

Les moutons biologiques sont-ils mieux lotis ?

Malheureusement, le bien-être des animaux n'est pas non plus garanti dans l'agriculture biologique. Néanmoins, une plus grande attention est accordée au bien-être des animaux dans l'agriculture biologique comparé à l'agriculture conventionnelle. Dans l'agriculture biologique, les moutons sont nourris avec des aliments biologiques et l'agriculteur respecte les quotas relatifs au nombre d'animaux par surface, afin que les moutons disposent de suffisamment d'espace libre. Il y a donc des avantages par rapport à l'agriculture industrielle.

Quels labels faut-il rechercher ?

Si la production mondiale de laine a diminué ces dernières années, nous constatons aussi une augmentation de la part de marché des alternatives plus durables, ce qui est une bonne nouvelle !

La norme RWS (Responsible Wool Standard)

La norme RWS comporte une liste de critères, axés sur le bien-être des animaux, que le producteur de laine doit respecter. La marque de vêtements Patagonia a établi ce certificat après que plusieurs scandales impliquant un élevage de moutons argentin ont été révélés par PETA. Aujourd'hui, plusieurs autres entreprises y ont déjà souscrit, dont H&M et C&A. C’est l’un des labels les plus utilisés pour les produits en laine. En 2018, RWS a été utilisé par 278 exploitations à travers 6 pays. L'Afrique du Sud était en tête avec 133 exploitations certifiées, suivie par l'Uruguay (69 exploitations), l'Argentine (39 exploitations), l'Australie (31 exploitations), la Nouvelle-Zélande (5 exploitations) et les États-Unis (1 exploitation). Malheureusement, la laine RWS représente moins de 1 % de la production totale de laine.

Du mohair et du cachemire responsables

Après le lancement du RWS pour la laine en 2016, plusieurs autres labels connexes ont été développés : le Responsible Mohair Standard (RMS) et le Responsible Cashmere Round Table (RCRT) ont vu le jour en 2019. Ces derniers visent à garantir le bien-être animal chez les chèvres angora et cachemire. Aujourd'hui, en Mongolie, 3 % de tout le cachemire est certifié éco-responsable. Un pas dans la bonne direction.

Le label QZ

En Nouvelle-Zélande, vous trouverez le label QZ, qui est similaire au RWS. Ce certificat comporte également une liste de critères visant à garantir une production de laine durable et respectueuse des animaux. Le label QZ couvre 1% de la production totale de laine dans le monde, comme le RWS.

Au cours des deux dernières années, le label QZ a investi 1,6 million de dollars néo-zélandais dans la recherche et le développement. Il s'agit d'un progrès important, car la plupart de la laine de mouton produite en masse provient de Nouvelle-Zélande, après l'Australie.

Les labels ne sont pas garantie à 100%

Malgré les labels et en raison de la longueur et de la complexité des chaînes d'approvisionnement actuelles, avec de nombreux intermédiaires, il est difficile de certifier à 100% que toute la laine d'un vêtement a été produite dans le respect des animaux. One World prévient qu'il est trop tôt aujourd'hui pour se prononcer sur la question de savoir si ces labels de laine durable garantissent réellement le bien-être des animaux.

On peut également se demander dans quelle mesure ce label est accessible aux petites marques et aux éleveurs de moutons qui n'ont pas les moyens d'être certifiés, même s'ils traitent leurs animaux avec respect.

Le bien-être animal reste un problème difficile à résoudre, et les labels ne sont qu'une partie de la solution.

La meilleure solution ? Des chaînes d'approvisionnement plus petites, moins de fournisseurs intermédiaires et un contact direct avec les éleveurs de laine pourraient apporter plus de transparence au secteur.

Différents types de laine

Laine mérinos

Saviez-vous qu'il existe plusieurs autres types de laine que la laine de mouton classique ? La laine mérinos provient des moutons mérinos. Elle est particulièrement appréciée pour ses fibres extra-fines, qui rendent vos vêtements particulièrement doux. En général, plus la fibre est fine, plus le produit est doux.


La laine mérinos est cependant légèrement plus chère, car sa culture est plus longue que celle des autres espèces de moutons. Il faut également plus de laine provenant d'une fibre plus fine pour fabriquer le même vêtement. De plus, les tissus plus délicats, comme la laine mérinos, nécessitent un processus de production plus intensif en main-d'œuvre.

Laine d'alpaga

La laine d'alpaga est incroyablement douce, plus douce que la laine mérinos. Elle est également 3 fois plus résistante et 7 fois plus chaude que la laine de mouton. Elle est parfaite pour les personnes qui ressentent facilement le froid. Les alpagas viennent d'Amérique du Sud (principalement du Pérou, mais aussi de Bolivie, d'Argentine et du Chili).


La laine d'alpaga est une bonne alternative si vous êtes allergique à la cire de laine (lanoline). Les moutons sécrètent cette cire naturelle pour repousser l'eau, la saleté et les bactéries, mais certaines personnes y sont allergiques. Les alpagas ne produisent pas de lanoline, la laine d'alpaga peut donc constituer une alternative hypoallergénique.

Cachemire

Le cachemire ne provient pas des moutons, mais des chèvres ! Les chèvres vivent en Mongolie, en Chine, en Inde et au Pakistan. Elles ont un sous-poil doux, qu'elles perdent une fois par an. Par rapport à d'autres animaux, le rendement par chèvre est particulièrement faible.


Leur sous-poil ne pèse que 150 g, ce qui est bien moins que le mouton moyen qui peut produire 3 kg de laine en un an, ou que l'alpaga qui produit jusqu'à 5 kg de laine. Le cachemire est donc un produit rare, ce qui explique les prix plus élevés.

Mohair

Comme le cachemire, le mohair provient de chèvres, plus précisément de chèvres angora, à ne pas confondre avec les lapins angora. La moitié du mohair mondial est produite en Afrique du Sud. Le sous-poil et le poil de couverture sont tous deux utilisés pour la laine mohair, ce qui donne à la laine son aspect pelucheux typique.

Les fibres de mohair sont légèrement plus épaisses que les fibres mérinos. Elles sont longues et lisses, ce qui donne à votre pull ou à votre écharpe un aspect agréable, doux et brillant.

Consultez le tableau suivant pour avoir un aperçu des différents types de laine et de leur impact sur l'environnement !

Vous trouverez ci-dessous une nouvelle liste de tous les types de laine et de leur impact sur l'environnement !

Ces chiffres ont été extraits du Higg MSI. Un indice qui est actuellement critiqué pour ne pas être une source vraiment précise. Veuillez garder cela à l'esprit lorsque vous comparez les matériaux mentionnés entre eux.

Lisez la suite :

Comment se portent les éleveurs de laine ?

Alternatives végétaliennes à la laine

Découvrez d'autres matières :

Recherche sur l’éco-responsabilité du coton

Recherche sur l’éco-responsabilité du cuir