Qu’est-ce que les PFAS ?

PFAS est l’abréviation de Perfluoroalkyl and polyfluoroalkyl Substances. Ce sont des substances chimiques toxiques et non biodégradables. Elles se composent de groupes fluorés (F) et de groupes alkyles ( notamment CnH2n+1). Les atomes d'hydrogène des groupes alkyles (des chaînes de carbones de différentes longueurs) sont substitués entièrement (composés perfluorés) ou partiellement (composés polyfluorés) par des atomes de fluor.

Les PFAS sont appelées «Forever chemicals» car ils sont très persistants dans l’environnement et bioaccumulables sur la chaîne alimentaire, c'est-à-dire que l’organisme absorbe des substances comme les pesticides ou d'autres produits chimiques à un rythme rapide. Ils se retrouvent donc sur la liste des « dirty dozen », une liste de l’Environmental Working Group (EWG) qui regroupe les perturbateurs endocriniens. Ces substances n’existent pas dans la nature.Elles sont produites dans les usines chimiques. Leur toxicité vient essentiellement du fluor. Sous une température normale, le fluor se présente sous forme de difluor (F2), gaz diatomique jaune pale, très toxique et extrêmement corrosif. Le fluor provoque de très graves brûlures au contact de la peau, des muqueuses et des os. De nombreux gaz fluorés, les fréons, sont utilisés dans les systèmes de réfrigération et d’air conditionné. Les chlorofluorocarbures (CFC) ont quant à eux été bannis du fait de leur contribution au trou de la couche d’ozone. À l'état solide, le fluor se trouve dans composés minéraux naturels comme les fluorites, les fluoroapatites et les cryolites.

Où se retrouvent-elles?

Les PFAS se trouvent dans des produits du quotidien tels que les vêtements, les emballages de restauration, la mousse d’extinction, les peintures, les vernis à ongles, les produits de nettoyage et dans les casseroles sous forme de téflon, un revêtement antiadhésif.

Ces substances se forment dans les déchets industriels. Les groupes alkyles et les groupes fluorés se mélangent à ce moment-là et finissent dans les eaux usées car pour les entreprises responsables, le stockage reste coûteux. Une autre source des PFAS est la technique GenX. GenX est une technologie utilisée par la société de chimie DuPont Chemours à Dordrecht. La production de polymères qui contiennent du fluor, comme le polytétrafluoroéthylène (Téflon), très résistant à la chaleur (jusqu'à 205 °C). Ces polymères sont cancérigènes et reprotoxiques ( diminution de la fertilité chez l’humain).

Il existe environ 600 substances de PFAS et la plus connue est celle de PFOS(l’acide perfluorooctane sulfonique) produite essentiellement par le groupe chimique américain 3M. BASF, BAYER, INEOS et autres produisent et utilisent également les PFAS.

En belgique, le grand scandale se porte sur le PFOS (l'acide perfluorooctane sulfonique de formule chimique) produit par 3M à Zwijndrecht. Le PFOS, très toxique est l'ingrédient principal du produit Scotchgard qui est un additif textile hydrofuge, anti-graisse et résistant aux taches. Il est utilisé pour nettoyer les tapis, les tissus d'ameublement et n’importe quel matériau en tissu.

La 3M ne prend pas de précautions pour le traitement de ses déchets industriels. Ils ne garantissent pas la sécurité sanitaire des habitants à proximité de leur usine non plus. Les conséquences sont très graves et les responsables de santé et les politiques de cette région ont commencé une enquête tardive et peu efficace. Après quelques semaines d'arrêt, la 3M a repris sa production sans donner d'information ou de communiqué concernant les précautions ou les améliorations prises par rapport aux PFAS.

Le PFOS a contaminé le sol, les plantes, l'eau potable et par conséquent l’humain. La concentration de PFAS n'est pas censée dépasser 1 microgramme par 1 kg de matière.

L'utilisation des PFAS dans le textile

Grâce à leur caractère hydrophobe (qui repousse l'eau), lipophobe (qui repousse les graisses et les huiles) et leur résistance à la saleté, les PFAS sont utilisés dans beaucoup de vêtements. Par exemple:

1- Les PFASA et les PFOSA: (perfluoroalkane sulfonamide et l’acide perfluorooctane sulfonamide) sont présents sur les vêtements pour protéger les surfaces de la poussière et comme un agent antistatique sur les vêtements de travail (dans des zones où il ya un risque d’explosion).

2- Le PFAI ( l’iodure de perfluoroalkyle) qui appartient à la famille des télomères fluorés est utilisé comme produit anti-taches et hydrofuge (résistant à l’eau). En se dégradant, il se transforme en PFCA (acide perfuorocaroxylique), une substance très dangereuse et persistante dans l’environnement.

3- Les FTOH ( alcools fluoro télomères) offrent une imperméabilité à l'eau et à l’huile. Ils sont hydrophobes et lipophobes. Ce sont aussi des agents antiadhésifs. Ils sont essentiellement utilisés pour les tenues des pompiers et les vêtements de sport d’hiver.

4- Les PFCA (acides perfluoroalkyl carboxyliques) sont utilisés contre les taches et pour l’imperméabilité.

5- Le PTFE (polytetrafluorethylene), nommé aussi téflon, est très imperméable. Il est utilisé dans les gilets anti balles et dans certains vêtements de sport.

6- PFBS (l’acide perfluorooctane sulfonique) est utilisé comme agent antistatique et anti-feu dans les vêtements des pompiers puisqu’ils sont très résistants au feu et aux solvants inflammables.

Les effets des PFAS sur la santé

Les substances de PFAS sont difficilement biodégradables (presque indestructibles) et restent des années dans la terre ou dans l’eau. Elles se déplacent rapidement dans l’environnement ce qui rend leur propagation difficile à contenir. Si les eaux usées et/ou déchets chimiques (issues de ces substances ou par leur synthèse) ne sont pas bien traitées dans des stations d’épuration adéquates, elles arrivent directement dans la terre et dans les nappes phréatiques. Par conséquent, l’humain sera infecté et les conséquences sont très nocives. Selon plusieurs toxicologues, les PFAS peuvent causer des effets graves sur la santé:

  • La maladie de la thyroïde

  • L’augmentation de taux de cholestérol

  • L’attaque du foie

  • Le cancer du rein

  • Le cancer des testicules

  • Développement retardé de la glande mammaire

  • Un petit poids à la naissance

  • Les fausses couches

  • La maladie inflammatoire de l’intestin

L’impact des vêtements jetés dans la nature

Les vêtements en seconde main, usées, déchirés et/ou sales vont dans les pays Africains ou sud Américains (Accra au Ghana, Atacama au Chili…) sous forme d’aide humanitaire ou sous forme des accords entre des gouvernements locaux corrompus et des entreprises occidentales multinationales qui font n’importe quoi et “achètent” n'importe qui pour se débarrasser de leurs déchets toxiques et dangereux. Par exemple en 2020 une entreprise italienne a envoyé 74 conteneurs vers la tunesie pleins de déchets toxiques et radioactifs (des vêtements médicales, du matériel médical et autres).

Ses déchets vont directement dans les rivières, les montagnes ou la mer puisque là, il n'y a pas de centre de recyclage ou de bassins de traitement. C’est la catastrophe pour les habitants et l’environnement. Les pays qui refusent ces “aides” toxiques seront sanctionnés d’une manière ou autre.

*ref:https://www.eea.europa.eu/sign...

Les PFAS peuvent être émises dans l'environnement au moment de leur fabrication, de leur utilisation ou de leur élimination. Comme les lieux de production des polymères fluorés et l’utilisation des mousses anti-incendie, jeter les vêtements dans la nature est une source importante de pollution de l’air et de contamination des végétaux et de la nappe phréatique. Selon le principe de la réaction contenant-contenu (diffusion et absorption renversée en fonction de la concentration), les PFAS à chaînes longues s’adsorbent sur les matières du sol et du sédiment et s'accumulent dans les tissus organiques alors que celles à chaînes courtes sont solubles dans l’eau et très mobiles. Elles peuvent facilement contaminer les denrées alimentaires, les eaux de surface et souterraines et les ressources d'eau potable.

Des tonnes de vêtements contenant des PFAS sont jetés dans la nature chaque mois. Il y a un réel danger surtout en Afrique, en Amérique du Sud et certains pays de l'Asie. Là, les contrôles, les législations et les moyens technologiques pour traiter ces déchets industriels sont quasi inexistants. Les ouvriers et les ouvrières (bon marché) ne disposent pas de gants, masques ou lunettes de protection. Beaucoup de ces pays ont déjà des problèmes de sécheresse et même s' il y a de l’eau, elle est contaminée.

Les vêtements jetés, une fois décomposés à cause de l’humidité ou de la chaleur ou brûlés, libèrent des composants toxiques:

  • de l’ozone (O3) qui est un oxydant extrêmement nocif pour les poumons, les reins, le cerveau et les yeux. Il peut aussi brûler les plantes.

  • De l’acide fluorhydrique(HF) qui est une solution aqueuse très corrosive pour les voies respiratoires. Cette solution peut provoquer de très graves brûlures. Elle passe la paroi dermique pour atteindre les os et les vaisseaux sanguins et se lie au calcium présent dans le sang et les os. Elle atteint par conséquent le cœur.

En Europe, les analyses montrent que les contaminations sont partout. Le professeur De Boer atteste que concernant les rejets des usines dans le Rhône (en France), il y a une quantité importante de PFAS. Pour l’eau du robinet : tous les échantillons d’eau du robinet provenant des champs près du Rhône dépassent la norme (100 ng/l) pour les 20 PFAS testées. Plus de 200 000 personnes sont concernées. Parmi les échantillons de terre collectés dans le stade et le potager à proximité de l’usine, 5 PFAS dépassent la norme hollandaise pour la qualité des sols.

Dans les prélèvements d’air, deux composants sont retrouvés en très grande quantité par rapport aux autres : le 6:2 FTS et le PFHA, utilisés par des entreprises du site.

  • Pour le professeur De Boer le constat est clair : « Nous pouvons donc conclure que l’ensemble de la zone dans laquelle les échantillons ont été prélevés est gravement contaminée par les PFAS ».

*ref:https://www.centreecotox.ch/media/195069/2020_pfos_fr.pdf

*ref:https://www.generations-futures.fr/actualites/pfas-contamination-environnement/

*ref:https://www.google.com/search?q=photos+des+vetements+jet%C3%A9s+dans+la+mer&rlz

*ref:https://www.youtube.com/watch?v=lVcOxZZGrBc

*ref:


Comment savoir si vos vêtements contiennent des PFAS?

Les vêtements imperméables nous protègent de la pluie mais cette protection a un coût.

Des PFAS (résistantes aux taches et à l’eau) peuvent être présentes dans les vêtements, les produits pour enfant, y compris ceux étiquetés «non toxiques» et « verts ». C’est ce qu’il ressort d’une étude américaine récente. Le client ou la cliente doit bien:


  • S’informer, en particulier lors de l’achat d’équipement d'extérieur (tentes de camping et sacs à dos) et choisir des vêtements qui ne disposent pas des technologies Gore-Tex ou téflon.

  • Se méfier de tous les tissus et vêtements qui ont des étiquettes comme:« imperméable », « répulsif aux tâches » ou « répulsif à la saleté »

  • Privilégier l’achat de vêtements en seconde main.

  • Laver les vêtements neufs avant de les porter.

  • Choisir des vêtements avec une liste d’ingrédients courte, sans « PFAS » ou « ingrédients fluorés » et certifiés « Ecocert ».

  • Privilégier les produits d’entretien et de nettoyage les plus simples possibles: vinaigre blanc, bicarbonate de soude.

  • Consulter le site web de votre produit de marque, c’est la meilleure façon de savoir si votre vêtement est sans PFAS. Si aucune information n'est disponible, contactez le service client. Ne vous laissez pas berner par les étiquettes ou les promesses qu'un produit est « sans PFOA » ou « sans PFOS ».

Nous devons faire l’effort de savoir ce qu’on achète pour nous et nos enfants en lisant des articles spécialisés dans le domaine de vêtements comme ECOTEXTILE News.

Les spécialistes de la gestion des produits chimiques Bluesign, ZDHC et Oeko-Tex ont tous confirmé leur engagement à éliminer progressivement l'utilisation de PFAS.

Une coalition de groupes environnementaux a récemment exhorté Bluesign, ZDHC et Oeko-Tex à "mettre à jour rapidement toutes les certifications pour interdire l'utilisation de tous les composés PFAS dans la fabrication de produits".

L'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et la Norvège ont officiellement annoncé leur intention de soumettre une proposition de restriction pour les PFAS à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA). C’est une première étape vers une interdiction européenne des PFAS. Il y a des réglementations qui interdisent les PFAS dans la production des vêtements mais les industriels continuent à les utiliser et on voit les spots de réclames à la télé: des t-shirts (plus respirant), des manteaux imperméables et des chaussures, par des sportifs et chanteurs.

Certains chercheurs ont suggéré que l'utilisation de PFAS dans les vêtements hydrofuges est une ingénierie excessive, et des performances comparables peuvent être obtenues en utilisant des finitions spécifiques (moins toxiques) à base de silicone et d'hydrocarbures.

Pour le professeur De Boer le constat est clair : « Nous pouvons donc conclure que l’ensemble de la zone dans laquelle les échantillons ont été prélevés est gravement contaminée par les PFAS ».

*ref:https://docteurcoquelicot.com/2022/05/11/des-pfas-retrouves-dans-des-vetements-pour-enfants/#

*ref:https://www.bluesign.com/downloads/criteria-2020/bluesign_criteria_chem_prod_end-consumer_use_

*ref:https://www.nrdc.org/stories/forever-chemicals-called-pfas-show-your-food-clothes-and-hom

*ref:https://www.youtube.com/watch?v=lVcOxZZGrBc

*ref:https://www.rivm.nl/en/pfas/official-start-to-ban-pfas-in-europe

Trouver un mackintosh écologique

Vous souhaitez vous procurer un imperméable éco-responsable ? Lisez notre blog