Le mercredi 31 août, la députée flamande Annick Lambrecht a effectué un stage d'été VOKA chez COSH !, conscious shopping made easy, dans nos bureaux à la Bibliothèque De Krook à Gand.


Mme Lambrecht, de Bruges, a passé toute la journée avec Niki de Schryver, la fondatrice et CEO de COSH ! La députée a choisi COSH ! pour comprendre le processus de fabrication d’un vêtement: "Je me demande toujours comment sont fabriqués les vêtements que je trouve dans les magasins. Par exemple, on ne sait pas si le travail des enfants a été utilisé. L'idéal serait d'avoir un label fiable qui certifie les vêtements éthiques et écologiques. Bien que l'utilisation de COSH ! demande des efforts, elle aide vraiment à faire des choix durables."

COSH ! est une start-up de fashion tech qui, avec le soutien d'imec.istart et de plusieurs villes dont Bruges, Amsterdam et Anvers, s'efforce de créer une carte des commerces éco-responsables pour les consommateurs et les consommatrices et les sensibilise à l’aide de nos recherches approfondies sur l’industrie du textile. Pour ce faire, COSH ! évalue les marques dans 7 domaines : conditions de travail éthiques, utilisation de matériaux, économie circulaire, chaîne d'approvisionnement, bien-être animal, slow fashion et transparence. En seulement 3 ans, cette jeune entreprise est passée de 1 à 12 employés et se prépare à lancer une nouvelle technologie à l'automne pour cartographier les détaillants durables dans les villes.

Le matin, la député a aidé l'équipe de COSH ! dans son enquête sur les pratiques de greenwashing d'une grande chaîne de magasins. Puis elle a répondu à un message provenant de ses réseaux sociaux lui demandant comment trouver des commerces éco-responsables à Bruges, sa ville natale. Mme Lambrecht a répondu avec enthousiasme en envoyant une photo de la carte COSH ! "shopping durable à Bruges".

Dans l'après-midi, la députée a accompagné Niki. Elles ont rendu visite à plusieurs entrepreneurs gantois qui ont fait de l’éco-responsabilité leur priorité. Leur premier arrêt s’est fait au restaurant végétalien Madam Bakster, où elles ont discuté avec la propriétaire, Laura Verhulst, sur l'équilibre entre son intérêt pour la durabilité et son rôle d'entrepreneur. Elles ont ensuite fait le tour de plusieurs magasins, où Mme Lambrecht s'est émerveillée, notamment chez Supergoods : "Je peux voir les Vejas ? Je n'en ai jamais vu autant dans un seul magasin". Olga Vangenechten, Directrice de Supergoods, a raconté l'histoire de ce magasin, qui propose des marques durables sur Brabantdam." Le fait d'être dans cette rue commerçante nous permet d'accueillir des personnes qui ne sont pas encore très familières avec la durabilité et de leur présenter des marques éco-responsables. Nous voulons leur montrer que la mode durable est à la mode."

"L'industrie fait de grands progrès, même nos marques durables de premier plan continuent d'innover et d'incorporer de plus en plus de matériaux recyclés ou biodégradables dans leurs produits." Déclare Olga Vangenechten, Directrice de Supergoods de Gand.

Annick Lambrecht a évoqué avec les entrepreneurs et les entrepreneuses leurs inquiétudes et la manière dont ils et elles aimeraient être soutenues. En effet, les détaillants ressentent réellement les effets de la baisse du pouvoir d'achat des consommateurs et des consommatrices et de la hausse des prix de l'énergie.

La visite s'est terminée chez Ohne Steendam, un magasin sans emballage. Sa propriétaire, Alexia Coppens, a déclaré qu'elle souhaitait une réduction de la TVA sur les coûts énergétiques et craint que ses clients et son entreprise ne souffrent de la hausse des prix. Pour l'instant, Ohne propose une gamme unique et large de produits dans des emballages réutilisables, notamment des produits alimentaires et ménagers.

"Maintenant que les gens sont à nouveau autorisés à sortir, après les lourds confinements, la nourriture produite de manière durable et (non) emballée à l'intérieur du foyer n'est plus une priorité pour les familles au budget serré." Nous a confié Alexia Coppens, Fondatrice de Ohne, la coopérative des magasins sans emballages.

"C'était vraiment fascinant d'échanger des idées sur la diversité, la réalité de l'entrepreneuriat et les incertitudes des petits commerçants avec une personne qui travaille sur d'autres secteurs et thèmes. Bien que ce soient des moments très excitants et amusants pour COSH ! les inquiétudes des entrepreneurs sont bien réelles. C'est bien qu'Annick ait pris le temps d'écouter leurs histoires et leurs inquiétudes". Nous a confié Niki de Schryver, la Fondatrice de COSH !